XCulture XEconomie XPolitique XSociété XTourisme
template gauche
Les fêtes traditionnelles

Dossier article > Preview
09-01-02
Auteur : Finfo
Au siècle dernier, la plupart des Finlandais étaient employés dans l'agriculture. Le cycle de la croissance végétale commandait le labeur paysan. Le temps qui passe était ponctué par les grands moments du cycle de la récolte. L'agenda des fêtes s'élaborait à partir des fêtes religieuses et des grandes dates de l'année laborieuse. La fête de la moisson célébrée l'automne était un moment marquant du calendrier paysan. Cette fête mettait fin au cycle de la récolte et inaugurait la nouvelle année. On augurait des événements à venir en faisant fondre de l'étain et en interprétant les formes obtenues.
par Sirpa Karjalainen, Chercheur en ethnologie à l'Université d'Helsinki

La fête de la moisson perdit son importance au fur et à mesure que Noël prenait de l'ascendant dans les villes. Les rites ancestraux associés à la fête de la moisson, telle la fonte de l'étain, furent greffés à Noël et au Nouvel An. La fonte divinatoire de l'étain fait aujourd'hui partie des rites familiaux du Nouvel An.

Noël

L'importance relative des fêtes a fluctué au cours des siècles mais Noël, Pâques et la Saint-Jean ont toujours été les dates les plus significatives de l'année. Situé au coeur de la période la plus sombre de l'hiver, Noël est une fête que l'on observe en famille et à la maison. La veille de Noël à midi est proclamée, à Turku, la traditionnelle Trêve de Noël qui vaut pour l'ensemble du pays. Cette trêve qui reposait jadis sur les lois médiévales n'a plus aucune valeur légale depuis longtemps. La cérémonie marque néanmoins l'ouverture officielle de la période de Noël. La veille de Noël, on prend le sauna. Le soir venu, on se rend au cimetière allumer des bougies sur la tombe des proches défunts. La table de Noël rassemble toute la famille. La veille du grand jour est marquée, en début de soirée par la visite de Père Noël et la distribution des cadeaux. Les décorations en paille et les bougies allumées restituent l'ambiance des Noëls campagnards d'autrefois.

Le Noël urbain a pris un air plus léger. S'y confondent féérie, charité, esprit mercantile, recueillement, familisme et coutumes paysannes. Les signes distinctifs du Noël chrétien se sont eux aussi intégrés aux menées profanes. Nombreuses sont les familles qui ne manquent pas d'assister à la messe de Noël, moins par piété chrétienne que par nostalgie du passé.

La Saint-Jean

Le deuxième grand événement de l'année civile tombe exactement six mois après Noël, au moment où les longues journées claires contrebalancent les longues nuits d'hiver. La Saint-Jean qui coïncide avec le solstice est, depuis des temps immémoriaux, une fête surtout célébrée dans les régions les plus septentrionales d'Europe, là où l'alternance annuelle entre périodes d'obscurité profonde et de vive lumière est des plus remarquables. Dans le nord de la Finlande, la Saint-Jean est empreinte d'exotisme arctique: le soleil poursuit sa course dans le ciel en restant au dessus de la ligne d'horizon toute la nuit.

La Saint-Jean finlandaise est une fête campagnarde. Les villes se vident alors de leurs habitants. Cette fête du "milieu de l'été" se célèbre en pleine nature, de préférence dans un cabanon d'été à portée d'embarcadère. Ceux qui sont forcés de rester en ville restituent l'ambiance campagnarde en achetant au marché des rameaux de bouleau et des branches de lilas. A la Saint-Jean, ce sont jusqu'aux trains, bus et tramways qui sont décorés de rameaux de jeune bouleau. La Saint-Jean atteint son point culminant lorsque l'on allume, le soir, degrands feux de bois. Les feux de la Saint-Jean sont originaires de l'est du pays. Dans l'ouest, les feux étaient allumés à l'Ascension et à la Pentecôte, en Ostrobothnie le Samedi de Pâques. De nos jours, les feux de la Saint-Jean sont allumés sur l'ensemble du territoire à l'exception du littoral de langue suédoise. Les suédophones montent, à l'instar des Suédois, de longues perches qu'ils garnissent de feuillages et qui font penser à des mâts de bateaux.

Aux temps jadis, chaque village allumait son propre feu dans la mesure où il s'agissait d'une fête collective. De nos jours, les plus beaux feux de la Saint-Jean sont un spectacle payant. Outre le bûcher allumé au bord de l'eau, la Saint-Jean ne serait pas elle-même si ne s'offraient pas au regard les jeunes pousses de bouleau à l'écorce claire, les jeunes filles en habit national et si les couleurs nationales n'étaient pas arborées. La Saint-Jean est aussi, en effet, la fête du Drapeau, raison pour laquelle nombre de personnes aiment à hisser, la nuit durant, le drapeau national.

Pâques

Pâques a mieux préservé, en Finlande, sa dimension chrétienne que les autres fêtes religieuses. Nombre de coutumes séculières n'en restent pas moins associées à la célébration de Pâques. Les enfants font pousser du ray-grass, peignent des oeufs de poule et dessinent des cartes pascales.



Fêtes nationales

Avec l'industrialisation et l'urbanisation, la société finlandaise a subi, à la fin du siècle dernier, une profonde mutation qui a affecté les traditions festives. Aux fêtes religieuses et paysannes sont venues s'ajouter nombre de fêtes à caractère national et idéologique. Le calendrier finlandais moderne est une succession de fêtes religieuses et séculières. Il compte une dizaine de journées officiellement non ouvrées dont deux seulement ne font pas partie de l'année ecclésiastique, à savoir la Fête du Travail et celle de l'Indépendance.

Au siècle dernier, le culte des grands hommes était intimement lié à la glorification des héros nationaux inséparable du sentiment national et du romantisme naissants. Les Finlandais en quête d'une identité voulaient eux aussi remplacer rois et empereurs étrangers par des grands hommes bien de chez eux. C'est le poète Johan Ludvig Runeberg qui fut le premier à avoir cet honneur, suivi peu après d'Elias Lönnrot, l'auteur du Kalévala et de J.V. Snellman, grand zélateur du sentiment national. Au XIXe siècle déjà, la journée consacrée à Runeberg avait tous les attributs d'une fête nationale avec ses manifestations scolaires et marches aux flambeaux. La journée était aussi observée dans les foyers comme l'atteste la pause de bougies allumées sur le bord des fenêtres. C'était la manière dont on observait, depuis le XVIIIème siècle, les grands événements survenant en plein hiver. Depuis 1917, la pause de bougies allumées aux fenêtres marque la Fête de l'Indépendance, le 6 décembre.

La Fête de l'Indépendance

 

De nos jours, l'Indépendance est la plus remarquable des fêtes de dimension nationale. Marches d'étudiants aux flambeaux, parades, remises de décorations, grands galas marquent l'événement. Pendant les premières décennies qui suivirent l'indépendance, la Fête nationale était observée avec la plus grande gravité. Les grands discours patriotiques et les services religieux conféraient à l'événement une dimension très solennelle. Depuis les années 1970, la Fête de l'Indépendance a pris des airs plus joyeux. Les magasins parent leurs vitrines de l'emblème national et les pâtissiers sortent du four des gâteaux aux couleurs nationales (bleu et blanc). De nos jours, les vedettes du show business et du rock se risquent elles aussi à se faire les interprètes du sentiment patriotique.

 

La Fête des Mères La Fête de l'Amitie

 

Si la Fête des Mères est, en Occident, un mélange d'esprit familial et mercantile, elle a acquis en Finlande, à la différence des autres pays, une dimension fort nationale. L'idée d'une journée consacrée aux mamans a vu le jour aux Etats-Unis au début du XIXe siècle avant de se répandre en Europe. En Finlande, les écoles entreprirent d'organiser des fêtes en l'honneur des mamans d'élèves. Toutes les mères de la localité étaient conviées, le second dimanche de mai, à une fête scolaire au cours de laquelle des fleurs leurs étaient offertes et où les enfants se produisaient en spectacle. En 1918, l'observance de la Fête des Mères était plus justifiée que jamais: au sortir de la guerre civile, les veuves de guerre étaient légion et l'Etat se devait de leur marquer sa considération. En 1919, des centaines de fêtes des mères furent organisées partout en Finlande.

La Seconde guerre mondiale fut une fois de plus l'occasion de se souvenir des mamans. Depuis 1946, les mères méritantes sont décorées chaque année. Le prestige de la journée est accentué par la participation active du président de la République aux différents manifestations. Ces dernières années, on observe que les Finlandais se détournent quelque peu des valeurs sur lesquelles s'appuie la Fête des Mères, journée dont le prestige semble avoir été entamé.

Bien que l'institution familiale ait perdu le rôle traditionnel qu'elle jouait dans l'observance des fêtes, d'autres dimensions sociologiques prennent en revanche de l'importance. Différents segments de la société célèbrent dorénavant leur propre journée commémorative, le critère étant par exemple l'âge pour les uns et l'appartenance professionnelle pour les autres. A la fin des années 1980 s'est imposée une nouvelle journée qui tombe le 14 février: la Fête de l'amitié, adaptation finlandaise de la Saint-Valentin. Entreprises et organisations se sont vite emparées de la nouvelle date. Elle est l'occasion de promouvoir les valeurs de santé et de charité. Depuis quelques années, l'administration des postes publie, pour la Fête de l'amitié des cartes postales et des timbres-postes spéciaux. Les écoliers se sont surtout appropriés la fête de l'amitié. Il y a eu des voix pour critiquer le côté manifestement américain de cet événement.

Le Premier Mai

Nombreuses sont les habitudes festives finlandaises dont le modèle vient de l'étranger. Les apports étrangers se sont néanmoins, avec le temps, mus en des coutumes authentiquement finlandaises. A preuve la Fête du Travail qui est ici un mélange bien arrosé d'idéaux internationalistes ouvriers, de fête du printemps à l'européenne, de fête des étudiants à la scandinave et de carnaval moderne. Ces éléments disparates ont donné naissance à un véritable carnaval de printemps aux couleurs très locales. Le 1er Mai, le Finlandais célèbre l'arrivée du printemps, même si, à cette date, il lui arrive encore d'être surpris par la neige ou la pluie froide.

Liens

Adressez une carte postale virtuelle pour les fêtes :

www.info-finlande.fr/cartepostale/

 
Vos commentaires
Vous souhaitez réagir sur cet article, écrivez-nous.
Retour à la liste

 template droite 
dirdon